Intercultural studies 

ANG 160 Fall 2005

Précédente
Accueil
Remonter
Suivante

Eastern townships

Immigration

Religion

Quebec regions

Natives

Important people/Theories

Others

BACK TO Roxanne's homepage

 

Multiculturalism Act: Behind the Unsaid

 (by Marie-Eve Matte et Véronique)

            The Multiculturalism Act of Canada is a false idealism projected to the immigrant community, since Canada asks them to be integrated in a North American lifestyle. In order to fit in, they have to give up several aspects of their culture which leads to assimilation more then acculturation as declared by the Government of Canada. This situation will be debated through three major points: the American dream of  multiculturalism in Canada; some interpretations of statistics demonstrating the immigration situation nowadays; the social-economic issues that Canada plans to solve with immigration.

The multiculturalism policy of the Government of Canada declares that immigrants are expected to maintain their cultural background and are encouraged to enhance and share this cultural heritage. In other words, the immigrant community is free to act and interact according to their own cultural identity even if it does not fit with the Canadian culture. Moreover, it suggests the idea that Canadians are open-minded and accustomed to ethnic differences since it is part of North American culture. It also projects that there are no racial or discrimination problems in Canada, and therefore, lighten the difficulties related to integration. However, sociological features of immigration demonstrate interesting facts about the integration process. According to the socialist Yuho Chang, the migration process provokes all kinds of changes in the environmental settings. It creates an identity breakdown for the immigrant people which  is necessary and unavoidable for the integration to be successful (Chang, 2004).  In fact, this breakdown occurs when immigrants notice the differences within their culture and those of the host country. Immigrants must come to the conclusion that several norms, beliefs, and values of their own culture are to be put aside in order to fully integrate themselves into a new society. Since time, money, and work achievement are the major aspects valued in the Canadian society, but not necessarily valued the same way in other cultures, it is a false idea to promote the respect of any culture and the freedom to retain a lifestyle different from the Canadian one. Thus, the Government tries to blind the immigrant community with a utopia unobservable anywhere but in the Canadian Government official publications. Instead of helping to prepare the immigrant community to the capitalist ideology of Canada, it encourages them to remain with their idealism of a perfect and free country where life is easy. The promotion of such falseness could lead to negative consequences such as delaying the unavoidable breakdown, and affecting of the integration process.            

Another example of the Government using immigration to overcome Canadian issues regards demography. Now that welcoming immigrants in order to raise the birth rate in Canada is accepted, the government goes on by sending new immigrants to settle the rural areas.  According to statistics, 73% of the immigrants settle in the metropolitan centre of Canada, which are Vancouver, Toronto and Montreal. This percentage is disproportionate since it means that there are only 27% who settle in rural regions. In the province of Quebec, metropolitan centres present three major advantages for immigrants:  In Montreal, for instance, immigrants can benefit from an environment where English is currently spoken, where multiethnic communities are to be found and where there is potential for professional opportunities. These advantages enhance the integration of immigrants because they facilitate communication as well as integration.

            The government, aware of the economical and demographical problems, tries to attract immigrants to the rural regions. Although living in the country town of Quebec presents many advantages, the low employment rate and the linguistic barrier (French only) enhance isolation for the permanent residents. An article published in 2001 by Statistic Canada states that the immigrant suicide rate is lower in the metropolitan centres (Montreal, Vancouver and Toronto) than it is elsewhere in the country. In fact, from 1995 to 1997, the suicide rate was of 6 immigrants out of 100 000 in these three cities compared to 10 immigrants out of 100 000 elsewhere in Canada. According to the article, the lower suicide rate can be explained by the presence of multiethnic communities in metropolitan centres.

Knowing the isolation issue that regions might represent for new settlers, it is a challenge to see the consistency between the Government influencing immigrants to settle in country town and this quote from the Multicultural Act:  “[…] to recognize the existence of communities whose members share a common origin and their historic contribution to Canadian society, and enhance their development.”

            Even today, on the Quebec’s immigration website, it is clearly stated that a worker with qualifications in certain fields is privileged. The privileged fields are the ones where there are eminent needs, such as in biotechnology, computer and aeronautics. In other words, Quebec will accept immigrant workers, but they have to fit the specific requirements. These specifications are not created to “promote the full and equitable participation of individuals and communities of all origins in the continuing evolution and shaping of all aspects of Canadian society” like said in the Multiculturalism Act, but rather to shape the aspects of the Canadian society that it wants them to. In other words, the requirements are a hidden way to use immigrants to overcome eventual economic problems in Canada.

            Furthermore, statistics show that in 2002, only 2.1% of Quebec’s immigrants were working in the public service when the Multiculturalism Act ensures that Canadians of all origins have an equal opportunity to obtain employment and advancement in those institutions. The statistics demonstrate that equal opportunities do not apply to the public service. The statistics also bring up the point that immigrants encounter difficulties in proving their professional abilities and that they have to follow courses in order to integrate their experience with the methods used in Quebec.

 

            Finally, policies regarding immigration have to be rational and cannot be entirely respectful of every aspect of each culture. It has been argued that immigrants will inevitably encounter challenges through their integration and will have to readjust their own identity. This statement may seem obvious, but it is not when reading the Multiculturalism Act.  

            In other words, the problem is not the policies themselves, it is rather to hide these policies from the immigrants behind an Act which sells immigration in order to solve demographic and economic issues in Canada.  As immigration is a controversial topic, many researchers and authors write about it under different opinions and influences. In order to demonstrate that Multiculturalism projects a false idealism, references have been selected in this paper along with facts (statistics) to prove the previous thesis. In a further research, it would be interesting to compare different opinions to counterbalance one another, which would lead to an objective paper. Is objectivity possible in controversial topic, such as immigration?


Bibliography

 

 

BOUCHARD, Alain. “Pas plus d’immigrants dans les postes publics qu’il y a 10 ans.”

Le Soleil 24 April 2002.

 

CANADA, STATISTICS CANADA, Welcome to Statistics Canada, [on line], October

28th 2005, http://www.statcan.ca/ (webpage consulted October 28th 2005).

 

CHANG, Yuho. Identités culturelles et intégration des immigrés. Ste-Foy : Institue de

recherche et de formation interculturelles de Québec, 2004.

 

QUÉBEC, Quebec Immigration, The official site of the Government of Quebec, [On line],

October 31st 2005, http:// www.immigratio-quebec.gouv.qc.ca/ (page consulted

November 1st 2005.

 

 

           

La Presse
Tribune libre, jeudi 6 octobre 1988, p. B3

Libre opinion

Culture immigrée et dialogue interculturel

Micone, Marco

Marco Micone est enseignant au Collège Vanier de Saint-Laurent.

Depuis le rapport Durham, la politique d'immigration canadienne a surtout favorisé les immigrants anglo-saxons ou venant des pays du Commonwealth dont la majorité s'est installée ailleurs qu'au Québec. Quant à ceux et celles qui ont choisi le Québec comme lieu de résidence, on les a vus pour la plupart adopter l'anglais comme langue d'instruction et de communication jusqu'à ce que la Loi 101 modifie radicalement cette tendance, du moins dans le domaine de l'éducation.

Actuellement, l'ensemble du système scolaire public du Québec accueille près de 60000 élèves allophones, soit 6% de la clientèle. De ce nombre, près des deux tiers (62%) se retrouvent dans des écoles de langue française. Il s'agit donc d'un renversement important de la situation puisqu'à la fin des années 60, 85% des élèves allophones étaient inscrits à l'école de langue anglaise.

L'entrée massive d'élèves immigrés et des communautés culturelles au sein des écoles françaises de la région de Montréal, en plus de contribuer au renforcement de la cause du français, opérera une transformation culturelle du Québec par l'apport d'autres cultures.

Ma réflexion sera guidée par une double préoccupation: premièrement, celle de la valorisation du pluralisme et, deuxièmement, celle de l'intégration des allophones à la société québécoise. Précisons, sans plus tarder, que la valorisation des différences culturelles, c'est-à-dire du pluralisme, peut conduire à la ghettoïsation et même à l'intolérance, si elle ne s'accompagne pas d'un véritable dialogue interculturel.

Dans un récent document, le Conseil de la langue française fait une évaluation très négative de l'école pluriethnique qui, selon cet organisme, fonctionne souvent comme si elle était monoethnique. La composition du personnel scolaire y est fortement homogène (c'est-à-dire québécoise francophone) et on ne tient pas compte non plus de la pluriethnicité dans l'organisation des activités, dans le choix des approches pédagogiques et du matériel scolaire. Le Conseil ajoute que, lorsque le milieu scolaire développe des programmes d'éducation interculturelle, il a tendance à présenter la vie et les expressions culturelles des groupes concernés sous des formes folklorisées. De plus, il remarque que le milieu scolaire a tendance à présenter des cultures figées et fait peu de cas de leur transformation découlant du passage du pays d'origine au pays d'accueil.

Les chercheurs du Conseil de la langue française ont identifié (il n'est pas trop tôt!) la pierre angulaire de la culture immigrée caractérisée principalement par une transformation et une rupture brutales de l'identité de tous ceux qui connaissent l'exode et dont les conséquences se répercutent à des degrés divers sur les futures générations.

Qu'est-ce que la culture immigrée? Si par culture l'on entend un ensemble de modes de vie découlant de conditions historiques, sociales et économiques particulières, il sera alors tout à fait justifié de parler de plusieurs cultures québécoises francophones telles la culture populaire, la culture des femmes, la culture officielle ou dominante, etc.

Une notion globalisante axée sur l'appartenance ethnique, comme la culture québécoise, ne peut être utilisée que dans le cas où on voudrait faire référence aux institutions politiques, à la langue française ou à un certain imaginaire lié à l'histoire et au territoire communs. De même, parler de culture grecque, italienne, portugaise ou haïtienne au Québec, c'est utiliser le vocabulaire de ceux et celles qui, dans ces mêmes communautés, défendent des positions chauvines, nostalgiques et ghettoïsantes tout en ayant une conception figée de la culture. Pour appréhender le processus de transformation culturelle qui s'opère implacablement chez tous ceux qui émigrent, que ce soit pour des raisons économiques ou politiques, il faut avoir une conception dynamique de la culture.

S'il n'y a donc pas de culture italienne, grecque, haïtienne, etc., au Québec, il existe cependant des expériences et des modes de vie communs aux immigrés de ces mêmes origines. C'est cela que j'appelle la culture immigrée. Les mythes du melting pot américain, de la convergence culturelle et du «nous sommes tous québécois» nient la spécificité culturelle de ces gens venus d'ailleurs et mettent au rancart tout dialogue interculturel véritable. Quant à la politique du multiculturalisme, ce n'est qu'une grande entreprise de folklorisation des communautés culturelles et d'infériorisation d'une certaine culture québécoise francophone.

On objectera peut-être que l'appellation «culture immigrée» ne tient pas compte de la spécificité ethnoculturelle de chacun des groupes. Bien que les différences soient importantes, je crois que, dans un échange interculturel entre la société d'accueil et les communautés immigrantes, les expériences communes de ces dernières doivent représenter le point de départ incontournable. En plus d'être différents, les êtres humains sont aussi semblables.

Le concept de culture immigrée repose sur trois axes: l'expérience de vie des immigrés au pays d'origine; l'expérience de l'émigration-immigration; l'expérience de vie au pays d'accueil.

La connaissance de l'expérience de vie au pays d'origine mettra en lumière le niveau de scolarisation, les pratiques politiques et syndicales, le rapport homme-femme, le rôle de la religion et le rapport à la société rurale ou industrielle.

L'analyse des causes et des conséquences du processus de l'émigration-immigration aidera à comprendre le niveau d'insécurité matérielle et/ou psychologique qui est directement proportionnelle au niveau d'exploitabilité des immigrés économiques ou politiques.

Finalement, en scrutant «l'expérience de vie au pays d'accueil», on pourra évaluer les mécanismes d'intégration en milieu de travail, scolaire et social mis sur pied par les gouvernements. On se rendra compte peut-être que, loin de promouvoir l'intégration, certaines politiques ou structures gouvernementales ne font que marginaliser les immigrés, comme les écoles monoethniques anglaises.

On prendra conscience, je l'espère, grâce à cette méthode d'analyse, qu'il existe des expériences communes non seulement entre les divers groupes d'immigrés mais aussi entre ces derniers et ceux d'entre les Québécois de vieille souche qui partagent les mêmes conditions de vie.

Un dialogue interculturel sera d'autant plus facile qu'il s'appuiera sur la certitude que l'immigré est non seulement un être en évolution constante et capable d'adaptation, mais qu'il possède des ressemblances fondamentales avec les membres de la communauté d'accueil.

Si l'on veut éviter des mosaïques culturelles au sein de nos écoles, où les échanges entre groupes ethnoculturels sont l'exception plutôt que la règle (tel que le démontre une étude récente effectuée au Cégep Saint-Laurent et ma propre expérience au Collège Vanier, anglais celui-ci), il faut adopter des mesures radicales.

Il faut, en premier lieu, que les manuels scolaires rendent compte de la culture immigrée, non seulement théoriquement, mais que la présence de l'immigré y soit intégrée et en quelque sorte légitimée. Il importe aussi d'augmenter le nombre des membres des communautés culturelles à l'intérieur du système scolaire et du personnel des écoles. Il faut aussi mettre sur pied des comités d'accueil et organiser des activités parascolaires aptes à encourager les échanges interculturels. Il est impérieux d'éviter une trop forte concentration d'élèves appartenant à la même communauté culturelle comme il en existe dans le secteur scolaire anglais de Montréal. Question importante que celle-ci, car l'école au Québec doit demeurer un milieu naturel de francisation et elle ne peut l'être si les élèves francophones sont minoritaires ou en nombre insuffisant.

Au Québec, l'éducation interculturelle se complique par la tendance qu'ont les élèves issus des communautés culturelles à utiliser l'anglais comme langue de communication même dans les écoles françaises. L'anglais représente encore, pour plusieurs, la principale langue de travail, de la réussite et de la promotion sociales. Il faut espérer qu'un raffermissement de la Loi 101 doublé d'une rentabilité accrue du français sur le marché du travail vont inciter les allophones à adopter de plus en plus le français comme langue de communication.

Ce qui est plus complexe cependant, c'est d'assurer la cohabitation pacifique de tous ces groupes ethniques. A cette fin, l'éducation interculturelle, dont l'enseignement de la culture immigrée constitue un élément important, doit s'adresser à tous les élèves y compris ceux de la majorité.

Il ne fait pas de doute que plus la cohabitation sera réussie en milieu scolaire, moins il y aura de risques de tensions raciales dans la société à l'avenir. Si en plus l'école québécoise réussit à francophoniser les élèves immigrés et des communautés culturelles dans un esprit pluraliste, pourquoi s'inquiéter que le renouvellement de la population québécoise soit en bonne partie assuré par l'immigration? Ceux et celles qui expriment ces inquiétudes oublient que l'apparente homogénéité du peuple québécois dissimule un métissage considérable effectué depuis le début de la colonie.

L'adaptabilité des individus et la facile transformation des cultures, lorsqu'elles sont en contact entre elles, feront du Québec une société nouvelle dans quelques années, mais aussi plus forte face à la menace de la langue anglaise et d'une certaine culture américaine, à condition que les autorités responsables ne lésinent pas sur les moyens à prendre pour francophoniser le plus possible tous les citoyens du Québec tout en permettant le dialogue des cultures.

Ainsi, l'intégration des immigrés à une société québécoise TRANSFORMÉE par leur présence, loin de représenter une menace, constituera l'aboutissement normal et souhaitable du processus migra- toire.


Illustration(s) :

Près des deux-tiers des 60000 enfants allophones du Québec fréquentent l'école française.


Catégorie : Actualités
Sujets - La Presse : Société et sciences sociales
Type(s) d'article : Opinion; Chronique
Taille : Long, 1101 mots

© 1988 La Presse. Tous droits réservés.

Doc. : news·19881006·LA·044